BangBang : bangbangblog.com

Écoute à blanc.

Lykke Li l’ensorceleuse : retour sur le spectacle

Sophie Laforest
22 mai 2011

Lykke Li a offert une prestation enflammée hier soir au Métropolis de Montréal. La jeune suédoise, toute de noir vêtue, a présenté une quinzaine de morceaux avec la fougue et le charisme infaillible qu’on lui connait.

Grimes en première partie :


Photo : Marie-Pier Favreau

L’artiste montréalaise Grimes arriva sur scène vers 20h05. Elle nous avisa qu’elle avait besoin de quelques minutes pour activer son matériel et en profita pour remercier Lykke Li. Elle riait nerveusement en s’adressant au public; déjà nombreux au parterre et au balcon. Sur scène, deux petits arbres surplombant ses synthétiseurs et deux loups empaillés, figés entre elle et la foule. Voix éthérée, échantillonnage, bidouillage; sa prestation préparait bien la venue de Lykke Li. Elle nous a offert environ six titres construits à partir de deux synthétiseurs et de quelques pédales. Le public semblait bien apprécier. À la cinquième chanson, elle a complètement perdu le fil. Elle a tenté, en vain, de reprendre là où la pièce avait avorté. Après trois tentatives, elle décida de passer au morceau suivant. Elle semblait un peu contrariée, mais on a vite oublié sa faute en entendant la pièce suivante; genre de chinese-pop aérien. À 20h32, elle remercia la foule et quitta la scène.

J’ai bien aimé Grimes, même si je ne suis pas tout à fait convaincue; mais je tenterai le coup sur compact.

Ici, quatre vidéos tirées de sa performance d’hier (ce ne sont pas mes vidéos) :
Vidéo 1, vidéo 2, vidéo 3, vidéo 4.

Lykke Li : la sorcière pop-suédoise

Vers 21h15, elle est apparue sous une pluie de stroboscopes, dans une épaisse fumée, sur les dernières notes vaporeuses de la pièce I Know Places. De longs rubans noirs se déroulèrent du plafond vers le sol. Ses quatre musiciens et sa choriste, eux aussi de noir vêtus, prirent place. Li Lykke Timotej Zachrisson s’avança vers le micro dans la pénombre et entama Jerome en gesticulant lascivement. Le regard perdu, elle enchaîna les mouvements de bras, debout derrière le micro jusqu’à la fin de cette première chanson.

C’est lors de la deuxième pièce, I’m Good I’m Gone, qu’elle laissa sortir la bête de scène qu’elle est. Regard frondeur et baguette à la main, elle aligna les pas de danse tout en ponctuant le morceau de coups de cymbales. Son attitude semble à la fois naïve et désinvolte. Sa voix forte et juste appuie sans difficulté, et pratiquement sans fausses notes, la musique.

Lors des morceaux plus mélancoliques (Paris Blue, I Know Places, Sadness is a Blessing, Love Out of Lust, Made You Move, Unrequited Love) elle se contente de soutenir les paroles par des gestes déployés lentement; gracieusement. Puis, quand le rythme augmente (I Follow Rivers, Dance Dance Dance, Little Bit, Rich Kids Blues, Get Some, Until We Bleed, Youth Knows No Pain) elle se déhanche et utilise ses charmes pour hypnotiser la foule (dois-je préciser que la jeune chanteuse aurait pu faire carrière comme mannequin?). La danse demeure, sur scène comme dans ses vidéoclips, une avenue qu’elle emprunte sans faux pas.

La grande blonde parla peu, mais lança quelques lignes afin de raviver l’attention de ses admirateurs : « Clap your hands and if you want, you can sing loud », « Are we ready to die or do we want more songs? », « Let’s start a slow dance… ».

Vers 22h25, les six musiciens terminèrent le spectacle en chantant tous en choeur cette dernière ligne : « Oh my love is unrequited ». Ce à quoi je réponds : Mais si, votre amour était bel et bien partagé ce soir !

Quelques brèves :

- Entre la onzième et la douzième chanson, les stroboscopes se firent plus intenses le temps d’un intermède musical (tout aussi intense). La pièce Silent Shout de la formation électro-suédoise The Knife surgit, et Lykke Li en profita pour danser dans un nuage de fumée. De notre côté, on en a profité pour crier notre joie d’entendre cette chanson, grandes admiratrices de The Knife que nous sommes ! C’était à peu près comme dans cette vidéo, tournée à NYC. Si vous voulez mon avis, The Knife est sans doute l’une des grandes influences du travail musical de Lykke Li.
- Durant la pièce Made You Move, les deux percussionnistes nous ont offert une superbe chorégraphie, comme dans cette vidéo (à partir de 0:56)
- Dance Dance Dance, toujours aussi géniale en spectacle. Les percussions y sont enflammées !
- J’aurais tellement aimé entendre la chanson Silent My Song… Le jeu des voix y est sublime !
- C’était la troisième fois que j’avais la chance de voir Lykke Li en spectacle, et ce fut la meilleure des prestations que j’ai vu !

** Les photos de Lykke Li sont de moi.

Liste des pièces interprétées:
(Cliquez sur les hyperliens pour voir des extraits de sa prestation d’hier… ce ne sont pas mes vidéos).

*Introduction : la finale instrumentale de la pièce I Know Places (2 minutes)
1. Jerome
2. I’m Good, I’m Gone
3. Sadness is a Blessing
4. Paris Blue
5. I Follow Rivers
6. Dance Dance Dance
7. Made You Move
8. I Know Places
9. Little Bit
10. Love Out Of Lust
11. Rich Kids Blues
*Intermède instrumental : extrait de la pièce Silent Shout de la formation électro-suédoise The Knife
12. Until We Bleed (musique du producteur suédois Kleerup)
13. Get Some

*** Rappel ***
14. Youth Knows No Pain (mash-up de la pièce Power de Kanye West en finale)
15. Unrequited Love

Un commentaire

Écoute à blanc.

Sophie Laforest

Il n'y a pas de consensus sur les impacts de cette méthode.

En savoir plus

RUBRIQUES