BangBang : bangbangblog.com

Écoute à blanc.

Retour sur le spectacle de Warpaint + PVT + Family Band @ la Sala Rossa

Sophie Laforest
29 mars 2011

Suite à leur passage remarqué lors de la dernière édition de Pop Montréal (en première partie de The xx à la Place des Arts), le quatuor exclusivement féminin Warpaint, s’est produit devant une salle comble dimanche soir à la Sala Rossa. Family Band et PVT accompagnent les quatre musiciennes dans leur tournée nord-américaine qui prendra fin le 11 avril prochain, après une série de 21 spectacles en 28 jours.

Family Band

Ce quatuor brooklynois formé autour des époux Kim Krans (voix, guitare) et Jonny Ollsin (guitare) propose un rock lourd flirtant avec le métal et le post-rock. Leur prestance a quelque chose de sinistre qui rappelle Zola Jesus ou Esben & the Witch. Mon taux d’appréciation a fluctué d’un morceau à l’ autre. Les musiciens étaient centrés sur la tâche, mais ont quand même échangé quelques mots avec le public. C’était bien, sans plus.

Leur blogue
Leur bandcamp

PVT (anciennement Pivot)

Le trio électro-rock-noise de Sydney nous en a mis plein les tympans. Ils dégageaient une belle énergie et leur musique a été grandement appréciée par le public qui les a chaudement applaudis à la fin de leur prestation. Les rythmes expérimentaux qu’ils concoctent  sont à la fois transcendants et dansants, mais me semblent meilleurs sur album qu’en live. Qui sait, j’aurais peut-être apprécié davantage si le son n’avait pas été si (inutilement) fort.

Richard Pike à la basse et un bout de Laurence Pike à la batterie

Dave Miller aux bidouillages

Warpaint

Les Californiennes sont apparues sur scène vers 23h30 après que deux membres de leur équipe de tournée aient parsemé la scène de lumières blanches. Elles ont débuté avec une de leurs pièces plus douces; Set Your Arms Down. Ont suivi quelques échanges entre le quartet et le soundman pour régler le micro de l’une et la guitare de l’autre. Jusque-là ça allait, mais elles ont passé près de la moitié de leur performance à faire des signes au technicien pour qu’il ajuste le son de ceci et de cela. Outre ces requêtes excessives, la formation a offert une prestation  musicalement très rigoureuse. Le seul bémol se situe dans la cohésion qu’elles forment sur scène. Par exemple, alors que la chanteuse Theresa Wayman entamait le premier couplet d’un morceau, la bassiste et la batteure discutaient et riaient tout en jouant leur portée. De quoi dissiper quelque peu l’attention du public.

Heureusement, nous avons eu droit à quelques chansons de leur précédent compact (le EP Exquisite Corpse) que j’ai préféré à leur album complet The Fool paru en octobre dernier. Cela dit, les extraits Bees, Undertow et Shadows tirés de ce plus récent album m’ont aussi grandement plu.

Mention ultra-spéciale pour la batteure Stella Mozgawa qui était absolument hallucinante derrière les tambours. Ce n’est pas moi qui le dis, mais il paraît que c’est la meilleure batteure de Los Angeles. Chacun des morceaux était rehaussé par les battements de Mozgawa; une vraie mitraillette! Elle amène, sans contredit, le groupe à un niveau supérieur. C’est elle, mon coup de coeur de la soirée !

La guitariste et chanteuse Theresa Wayman et la bassiste Jenny Lee Lindberg

Emily Kokal, également guitariste et chanteuse

L’excellente Stella Mozgawa à la batterie

La liste complète des morceaux joués par Warpaint :

1. Set Your Arms Down
2. Warpaint
3. Stars (EP)
4. Billie Holiday (EP)
5. Bees
6. Composure
7. Undertow
8. Shadows
9. Beetles (EP)

///Rappel///

1. Majesty
2. Elephants (EP)

Photos : Marie-Pier Favreau & Moi

Pas encore de commentaire.

Écoute à blanc.

Sophie Laforest

Il n'y a pas de consensus sur les impacts de cette méthode.

En savoir plus

RUBRIQUES