BangBang : bangbangblog.com

Écoute à blanc.

The Concretes et Hooray For The Earth @ la Sala Rossa

Sophie Laforest
22 janvier 2011

C’était tranquille, voire trop tranquille, à la Sala Rossa mercredi soir. J’imaginais une salle beaucoup plus remplie considérant les trois groupes au programme. Nous étions tout au plus 80 personnes, et ce, incluant les trois groupes; qui  eux totalisaient 16 membres. Bref,  seulement une soixantaine de personnes s’étaient déplacées pour ce spectacle.

Receivers

Il semble que leur prestation fut légèrement devancée puisqu’à mon arrivée à la Sala Rossa à 21h45, j’ai attrapé seulement la moitié de la dernière chanson. La soirée devait débuter à 21h30… Quoi qu’il en soit, Emilie Marzinotto a une jolie voix et bricole, avec ses musiciens, une jolie musique pop-atmosphérique. On peut d’ailleurs entendre trois extraits du sextuor montréalais sur leur myspace.

Hooray For The Earth

Le quatuor new-yorkais, qui accompagne The Concretes dans leur tournée nord-américaine, semblait affecté par le public réduit assis devant eux. Ils ont aligné leurs titres sans réelles interventions, se contentant de remercier le public et The Concretes avant de conclure avec la pièce Rolling/Nectarine. Malgré leurs airs blasés, ils ont offert une performance très réussie composée principalement de pièces tirées de leur plus récent EP MOMO et d’une chouette reprise des Zombies. Une découverte géniale, je vous suggère les synthétiseurs futuristes et la pop du morceau Surrounded By Your Friend en guise d’introduction.

Noel Heroux (chanteur principal, compositeur et réalisateur du projet) et Hegary Benacquista aux claviers

The Concretes

Le sextuor suédois (contrairement à l’octuor que j’avais avancé) s’est présenté sur scène  vers 23h devant une salle toujours aussi vide.  Après la première chanson, la nouvelle chanteuse du collectif, Lisa Milberg, proposa  à la poignée d’adeptes de se lever et de s’avancer près de la scène question de pimenter la soirée. Une quarantaine de personnes se sont aussitôt exécutées.

Sans trop de surprises, le groupe s’est concentré sur les chansons de son plus récent album WYWH paru en novembre dernier. Je n’ai pas été enchantée par l’écoute de ce plus récent disque, mais mercredi il m’a semblé que les pièces qui en étaient tirées étaient bien réussies, peut-être même plus intéressantes que sur compact.

Au milieu de leur performance, Lisa Milberg annonça qu’ils allaient jouer une reprise-mystère et que si quelqu’un dans l’assistance devinait ce que c’était, il pourrait se choisir l’article de son choix sur la table du merch. Bravo à celui qui reconnût la chanson Johnny and Mary de Robert Palmer, je n’aurais jamais deviné !

Seulement trois morceaux de leur album homonyme (du temps où Victoria Bergsman chantait et écrivait les textes) se sont glissés au programme; Diana Ross, Say Something New et You Can’t Hurry Love.

Martin Hansson (bassiste) et Lisa Milberg nouvelle chanteuse et ancienne batteuse des Concretes

Définitivement, le départ de la chanteuse originale, Victoria Bergsman, fut un jour sombre pour The Concretes. La formation aurait mieux fait d’opter pour une régénération complète; incluant un changement de nom, ce qui aurait permis de préciser davantage ce qu’ils sont devenus et ce qu’ils ont à offrir. Mes attentes n’ont pas été comblées mercredi puisque je préférais ce qu’ils proposaient à leurs débuts, soit sur leurs deux premiers albums.

Je vous invite à découvrir le nouveau projet de Victoria Bergsman, Taken By Trees, qui a su me plaire davantage que la nouvelle mouture des Concretes (autant sur disque qu’en spectacle). Je vous conseille sa chanson My Boys (reprise de la chanson My Girls d’Animal Collective); encore en guise d’introduction.

.
Les photos sont de moi.

Pas encore de commentaire.

Écoute à blanc.

Sophie Laforest

Il n'y a pas de consensus sur les impacts de cette méthode.

En savoir plus

RUBRIQUES